comment réussir à faire confiance aux autres
Comprendre

J’ai du mal à faire confiance aux autres

Certaines personnes n’éprouvent aucune difficulté à faire confiance aux autres tandis que d’autres sont constamment méfiantes. Se méfier des autres n’est pas problématique en soi. C’est une trop grande méfiance qui pose problème. En effet, il ne faut pas oublier que nous sommes des êtres sociaux qui avons besoin d’interagir les uns avec les autres.

Et si je n’ai confiance en personne, je vais inévitablement me retrouver isolé et me sentir seul à un moment donné. Et c’est le risque. Dans cet article, nous allons donc voir les raisons de cette méfiance vis-à-vis des autres et bien évidemment plusieurs conseils pour réussir à davantage faire confiance aux autres.

Pourquoi ai-je tant de mal à faire confiance aux autres

Il y a plusieurs hypothèses à ce sujet : la première étant liée à l’enfance. Un enfant a besoin des adultes pour se loger, se nourrir, se vêtir. Il est donc dépendant de ses parents ou des adultes qui s’occupent de lui pour assurer son bien-être et sa survie. Au cours de l’enfance, il peut arriver que l’enfant ait le sentiment que sa mère n’intervienne pas assez rapidement pour s’occuper de lui. Il pourra alors développer de la méfiance à l’égard de sa mère. Cette méfiance peut être renforcée par des parents angoissés. En effet, pour peu que ces derniers disent à l’enfant de se méfier des gens, de ne pas faire confiance aux inconnus sans définir au préalable qui est un inconnu, l’enfant peut alors développer une tendance à se méfier de tout le monde.

C’est ainsi que les personnes que je rencontre au cabinet me confient que leur mère « a toujours été une personne angoissée, qui a peur pour un rien. » En héritage, ils ont reçu cette méfiance. D’autres personnes vont avoir du mal à faire confiance aux autres car à un moment de leur vie, elles se sont senties trahies par quelqu’un : un partenaire qui rompt brutalement, un ami qui nous ment, un collègue qui s’attribue les mérites de notre travail, etc. Et elles vont parfois généraliser cette expérience malheureuse à tous les êtres humains en épargnant éventuellement ceux qui se montrent irréprochables…pour l’instant. Dans ce dernier cas de figure, il y a une idéalisation trop forte de ce que devrait être la relation à l’autre.

Comment réussir à faire confiance aux autres ?

1. Trouver l’origine du mal-être

Identifier les origines de la méfiance peut être un premier pas vers la guérison. Peut-être même qu’en lisant plus haut les raisons à l’origine de la méfiance, certains d’entre vous se sont reconnus dans une ou plusieurs situations. Je me souviens d’une cliente au cabinet qui avait réussi – après plusieurs séances – à identifier que  sa méfiance à l’égard des autres avait commencé le jour où, enfant, elle avait attendu sa mère devant l’école primaire pendant deux heures à la sortie des classes. Elle avait dû aller sonner chez une habitante du quartier pour appeler sa mère qui lui avoua l’avoir oubliée. A la suite de cela, ses camarades de classe ayant appris son infortune en firent une blague récurrente en lui disant « tu dors devant l’école ce soir ? »  ou « tu veux qu’on demande à la maîtresse de te laisser dormir dans la salle de classe pour que tu n’aies pas trop froid ce soir ? »

Cela avait profondément marqué ma cliente et avait engendré une incapacité à faire confiance à sa mère, et par extension, aux autres. Une fois l’origine identifiée, je constate que les personnes deviennent plus tolérantes dans leur jugement des autres. C’est le début du changement. Ensuite, le travail thérapeutique consiste à faire comprendre à la personne méfiante que la menace n’est légitime que pour la personne qui a effectivement trahi leur confiance par le passé.

2. Avoir suffisamment confiance en soi

La relation aux autres n’est pas exempte de risques. En effet, il y a toujours un risque d’être déçu par l’autre. Et pour pouvoir rebondir après une déception, il faut avoir les ressources nécessaires pour bien réagir à cette déception et continuer malgré cela d’essayer d’aller vers les autres. C’est pour cela que ne pas réussir à faire confiance aux autres est très souvent lié à un manque de confiance en soi. Car au fond, si j’ai confiance en moi je suis en mesure d’aller vers les autres facilement même si je sais qu’il y a une chance que l’autre me rejette ou me déçoive. Je sais que ça fait partie du jeu 🙂

3. Noter les expériences positives

Pour se débarrasser d’une mauvaise habitude, vous devez en créer une nouvelle car l’inconscient a horreur du vide. Se méfier des autres est une mauvaise habitude que vous avez prise. Vous devez donc mettre en place un nouvelle bonne habitude. Pour ce faire, je vous invite à vous munir d’un carnet et d’un stylo. Dans ce carnet, vous allez commencer par noter toutes vos expériences passées positives où l’autre (je parle de toutes les personnes que vous avez croisées dans votre vie) s’est montré digne de votre confiance.

Il peut s’agir d’évènements positifs anodins ou de plus grande importance. Nous avons tous vécu de telles expériences. Puis vous allez jour après jour continuer à compléter votre carnet au fur et à mesure des petites ou grandes expériences positives où l’autre se sera comporté en allié avec vous. De manière assez rapide, cela vous aidera à relativiser les mauvaises expériences 😉

4. Clarifier la situation avec l’autre

Certaines personnes ayant du mal à faire confiance considèrent parfois que l’autre fait exprès de les trahir. Or ce dernier n’est pas toujours conscient du mal qu’il peut faire en arrivant en retard, en oubliant votre anniversaire ou en oubliant de vous rendre un dossier urgent au travail. Même quand on ne se méfie pas des autres, il arrive que l’autre trahisse la confiance qu’on lui avait accordée. Dans ces cas là, le mieux consiste à s’expliquer calmement avec la personne. Pour ce faire, vous pouvez utiliser la communication non violente (CNV) expliquée notamment dans le livre « les mots sont des fenêtres » de Marshall Rosenberg.

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur j’aime 😉

Photo by Ryan McGuire

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply La Fannette at

    Coucou Aurélie,
    Merci pour ce chouette article ! J’adore et approuve ce que tu partages. De mon côté j’ai confiance assez facilement. Je partage la vie d’une personne qui n’a confiance qu’en très peu de gens, et c’est très difficile! (Je lui conseille de faire un travail sur ce sujet, mais il n’a confiance en personne pour l’accompagner… argh!!)
    Si tu as des idées je suis preneuse!
    Bonne journée

    • Youri
      Reply Youri at

      Merci Fanny 🙂
      Il est vrai que quand on partage la vie de quelqu’un qui a du mal à faire confiance aux autres, ce ne doit pas être simple tous les jours. Le problème, c’est qu’on ne peut pas forcer quelqu’un à faire un travail sur soi. A chaque fois que je reçois quelqu’un qui fait une démarche d’accompagnement parce qu’on l’a incité à le faire, ça ne donne pas de bons résultats. On ne peut pas changer les autres malgré eux. Quand on est gêné par le comportement d’un proche, qu’on lui en a parlé et qu’il ne fait pas le nécessaire pour changer, c’est à nous de travailler sur nous-mêmes. Ce travail sur soi – en se faisant accompagner si besoin – a pour but de nous aider à mieux vivre le comportement de ce proche. Parfois, notre démarche peut même inspirer la personne à se faire aider aussi.
      A bientôt !
      Youri

    Leave a Reply