comment se libérer du perfectionnisme et arrêter de vouloir être parfait
Comprendre

Etre parfait ou ne pas l’être

Dans de nombreux domaines de notre vie, la société nous pousse à exceller, à être parfait. C’est la course à la performance ! On se doit d’être parfait dans son travail, sa vie de couple, sa vie de famille, sous peine de ne pas être aimé par les autres et d’être rejeté par eux. Depuis notre plus jeune âge, le système éducatif nous classe en fonction de nos résultats. Une fois diplômé, nous intégrons des entreprises qui mettent également l’accent sur nos résultats, que ce soit en termes de ventes ou de productivité. La publicité nous pousse aussi à croire que ce que nous avons ou ce que nous sommes n’est pas suffisant. Cela nous pousse inexorablement à vouloir tendre vers une forme de perfection, où le fait de faire des erreurs n’a pas sa place.

1. Vous serez parfait que vous le vouliez ou non !

Consciemment, nous savons tous que la perfection n’est pas de ce monde. Nous savons que malgré tous nos efforts, nous ne serons jamais parfaits. Mais ça, c’est l’histoire qu’on se raconte à soi-même. Le souci, c’est que nous vivons dans un monde où nous sommes submergés de stimuli extérieurs que sont la télévision, la radio, Internet, les réseaux sociaux, etc. Inconsciemment, une partie de nous entend le message inconscient de ces différents médias qui est que nous ne sommes pas suffisamment bien comme nous sommes.

La publicité, les mannequins dans les magazines, les animateurs maquillés pour masquer leurs imperfections sont des incitations masquées à vouloir être comme eux : beaux, intelligents, drôles, pleins d’assurance, etc. Nous croulons littéralement sous une avalanche de messages subliminaux qui nous incitent à vouloir être quelqu’un que nous ne sommes pas et que nous ne serons sûrement jamais.

2. Se comparer aux autres

Vous n’en avez peut-être pas conscience aujourd’hui mais que vous le vouliez ou non, vous vous comparez forcément aux autres. Si vous ne le faites pas consciemment, sachez que les réseaux sociaux comme Facebook s’en chargent pour vous ! En nous dévoilant la vie des autres, ils nous poussent inconsciemment à nous comparer à nos « amis ». Chacun y dévoile majoritairement des détails susceptibles d’être appréciés par les autres : une belle photo de profil, une belle couverture, un post original etc. Et là, la course aux likes est lancée 🙂 La comparaison aux autres, consciente ou inconsciente, nous empêche d’apprécier à sa juste valeur ce que nous possédons et nous incite à vouloir toujours plus. Il n’y a pas de ligne d’arrivée et c’est très très très frustrant.

3. Renoncer à être parfait ?

Aucun de nous ne veut consciemment être parfait mais la société nous pousse à toujours vouloir plus, à nous comparer aux autres et à tendre nécessairement vers une forme de perfection. Tout cela se joue à un niveau inconscient. Il est difficile de lutter contre tous ces messages cachés que nous renvoient les médias et la publicité et pourtant cette bataille est vitale ! Car tout ce que vous faites rentrer dans votre cerveau a une incidence sur votre estime de vous, votre confiance en vous. Derrière cette quête de perfection inconsciente, il y a un aspect positif qui est de chercher à s’améliorer. Et ça c’est super ! Le piège, c’est que beaucoup de gens disent vouloir chercher à s’améliorer, grandir en lisant par exemple des bouquins de psychologie ou de développement personnel.

Mais sur de chemin de l’amélioration de soi, certaines personnes ne se satisfont jamais de ce qu’elles ont réussi à faire, de leurs résultats. Elle sont sans le savoir dans un désir d’être parfait. Et bien entendu, elles s’en défendront si vous leur en parlez. Cela a d’ailleurs été mon cas pendant un moment 🙂 Dans ce désir de grandir, d’évoluer, il faut pouvoir s’arrêter pour se féliciter du chemin parcouru, pouvoir être fier de soi et pouvoir se dire à un moment donné : « Ok je me sens suffisamment bien aujourd’hui dans ce domaine de ma vie. Je peux m’arrêter là et si j’en ai envie, je peux me lancer un autre défi mais je suis libre de me satisfaire de ce que j’ai là et savourer. »

Si cet article vous a plu, partagez-le !

Photo by Jonathan Mueller

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Pascal Le Cossec at

    La personne parfaite à mes yeux ne le sera pas au regard de quelqu’un d’autre. Reste, bien sûr, le regard que chacun porte sur lui-même.

    Finalement être parfait, c’est se satisfaire de qui l’on est sans pour autant cessez de chercher à développer de nouvelles compétences et qualités (en sachant, comme tu le dis, Youri, prendre le temps de se remercier soi).

    Pour ça, mon astuce, c’est de périodiquement faire une pause pour regarder en arrière et voir tout le parcours effectué.

    C’est ainsi que le grimpeur ne se décourage pas d’arriver au sommet. Il ne regarde pas tout le chemin qui reste à gravir, mais il se satisfait du parcours déjà effectué.

    Merci, Youri, pour cet article qui permet au lecteur de toucher du doigt sa perfection au-delà des artifices de la télé, des magazines ou de Facebook.

    • Youri
      Reply Youri at

      Merci Pascal pour ton commentaire. L’image du grimpeur est bien trouvée et illustre ce bien ce qu’il convient de faire au quotidien 🙂

    Leave a Reply